voiture péage

Les péages urbains bientôt à l’entrée des villes françaises ?

Posted by

La loi d’orientation des mobilités (LOM) propose une série de mesures permettant de favoriser notamment les déplacements propres. Le texte prévoit entre autre la possibilité d’instaurer des péages à l’entrée des villes d’au moins 100 000 habitants.

Initialement prévue au printemps 2018, mais passée au second plan à cause des mouvements sociaux massifs autour de la loi pour un nouveau pacte ferroviaire, la LOM revient sur le devant de la scène. La loi risque de faire parler d’elle dans les prochaines semaines, notamment à cause de l’idée des péages urbains.

Combien ça coûte pour l’automobiliste ? 

Ces péages urbains seraient rigoureusement encadrés par des tarifs plafonnés. Un peu plus de 2,50€ pour les véhicules standards (petits utilitaires et voitures particulières) pour accéder à des villes comprenant entre 100 000 et 500 000 habitants. Comptez autour de 5 euros pour les métropoles de 500 000 habitants ou plus.
Pour les poids lourds, la facture pourrait être beaucoup plus salée… En effet, le tarif va de 10 à 20€. Cependant des dérogations sont possibles notamment pour les véhicules de secours par exemple. Une formule de forfaits serait aussi en étude pour les véhicules faisant plusieurs allers-retours dans la même journée dans la ville. 

Enfin, les véhicules ayant un faible impact environnemental serait concernés par des tarifs réduits voire même, auraient un accès gratuit aux villes concernées par ces péages. Rappelons le, le but de la LOM est de favoriser les « déplacements propres » et cela va donc entraîner une discrimination des véhicules plus polluants. Ces tarifs seront appliqués uniquement du lundi au vendredi en journée pour cibler les moments où la circulation automobile est souvent trop importante.

Avis et bilan de ce projet à l’étranger 

La France a un avis plutôt partagé sur le sujet. Si certaines métropoles accueillent bien ce projet tel que Lyon ou Marseille, des villes comme Toulouse ont déjà tranché sur le sujet, en comparant l’idée à l’octroi, un impôt local appliqué au Moyen Âge. En effet, Toulouse étant très étendue, il serait quasiment ingérable pour la collectivité de gérer ces péages rigoureusement.

En Angleterre, cette idée a fait son bout de chemin depuis 15 ans déjà. Londres a franchi le pas dès 2003 et a mis en place une surveillance draconienne de ses véhicules entrants. Cela permet de fortement pénaliser les véhicules mis en circulation avant 2006. En effet, ces derniers doivent payer jusqu’à 25 euros pour pénétrer dans la capitale anglaise. Chose qui avait beaucoup fait parler à l’époque, les effets sur la pollution sont aujourd’hui mitigés bien que le trafic ait été réduit et les embouteillages en baisse de 30%. Stockholm aussi avait adopté cette idée et les résultats sont sensiblement les mêmes que ceux de Londres. En plus, seulement 40% des Suédois étaient favorables à ce projet initialement.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *